• Chapitre 8 - les bleus

    A la maison, c’était boulot, dodo, re-boulot, boulot, dodo, re-boulot, boulot, dodo… bref, pas la grande joie ni rien d’exceptionnel à vivre, pendant quelques années. Entres les cours, le boulot des parents et des grands, et les job d’étudiants pour Yerik et moi, c’était pas encore l’éclate quoi. Surtout que papa est devenu tout vieux, alors il était pas 100% efficace.

    Chapitre 8

     

    Alors Eytukan l’aidait pour le jardinage. C’était mieux de l’entendre lui se plaindre plutôt que ce soit papa et son dos qui craque par-dessus le marché.

    Chapitre 8

     

    Et puis on pouvait pas lui en vouloir. Il se donnait à fond au boulot avec maman, si bien qu’ils sont rentrés un soir avec une promotion chacun. Ultra fatigués mais la banane, que demande le peuple ?

    Chapitre 8

     

    Et puis en pleine nuit, j’ai fait POUF. Ouais, je l’avais pas venir cet anniversaire-là. Purée, fini le lycée, le petit job, les restrictions ! En plus, j’ai fait des étoiles. C’est cool, les étoiles.

    Chapitre 8

     

    Alors que Yerik lui, tranquille, il soufflait ses bougies au rez-de-chaussée. Ah bah ouais, tout de suite avec un gâteau, c’est un peu mieux. Comme il a toujours été un peu solitaire, il a choisi une carrière qui lui correspondait bien et s’est lancé dans la programmation. Après quoi il a dit bye bye maison ! Ouais, il s’est barré quoi. Pouf, plus de Yerik.

    Chapitre 8

     

    Pour souffler un peu de l’arrêt du lycée, du démarrage de ma carrière d’écrivain et tout ça (et surtout pour fêter ma liberté) j’ai décidé d’aller faire un tour en ville, rencontrer du monde ça semblait sympa. Puis on n’allait pas rester à la maison sous prétexte qu’on avait la peau bleue.

    Chapitre 8

     

    - Une fois, j’ai rencontré un type qui avait la peau verte ! C’était chelou mais j’me suis dit et alors ? Et là il a fait exploser son ventre y’a un truc dégueu qu’est sorti et tout !

    Chapitre 8

     

    - Mais moi pareil ! Il était tout rouge, il a divisé ses jambes en deux, j’ai rien compris !
    - Sérieux ?!

    Chapitre 8

     

    - Ouais sans rire ! Alors bon, on n’a rien contre toi tant que tu fais rien de flippant, mais comprends qu’on puisse être méfiants quoi.
    - J’vous rassure, ma famille a rien à voir ! C’est pas parce qu’on est bleus qu’on est dangereux. Ma mère vient d’une planète super loin qui a été détruite, du coup c’était la dernière de notre espèce. Et puis elle a rencontré mon père et voilà. Notre ventre a jamais explosé et on peut pas se la jouer à la Stitch, j’vous jure !

    Chapitre 8

     

    Ils étaient encore un peu sceptiques et à force de bavarder, c’est allé mieux. Je sais pas si maman a déjà eu l’envie de mettre les choses au clair comme ça, mais c’était toujours ça de fait, et j’ai l’impression que y’en avait eu besoin. J’suis allée me chercher un truc à boire et là, boom, je tombe sur Grace.
    - Alors qu’est-ce qu’elle fait là, la sorcière ?
    - Laisse mon nez tranquille, morveuse.
    - Ah non mais là c’est ta robe qui m’agresse.
    - …

    Chapitre 8

     

    - Bon alors, comment ça va à la maison ?
    - Ben ça s’fait. Papa est devenu tout grisâtre, on a tous fini le lycée, et Yerik s’est barré.
    - Noooon, c’est vrai ? Ce petit machin bleu ?
    - Mais oui j’te jure ! On a rien compris, il a fait pouf dans les étoiles du gâteau et il a disparu !

    Chapitre 8

     

    - Hé ben… et toi ? A c’que j’ai compris t’es vouée à faire des petits bleus ?
    - Ouaip.
    - Et ? il est où le monsieur qui va t’féconder ?
    - Eww eww ! Grace t’es dégueue !

    Chapitre 8

     

    - Ah bah ça va pas s’faire tout seul, ma grande !
    - Non mais déjà que j’ai eu du bol que maman soit soft, c’est pas pour que ma sœur m’dise des trucs pareils !
    - hé oui mais bon, c’est la vie ! Bon ben, tu m’diras si tu te décides à faire des mini-bleus !
    - Mais oui, mais oui…

    Chapitre 8

     

    Après avoir frissonné une bonne vingtaine de fois, j’suis sortie du bar où j’ai croisé la fameuse Axelle dont Eytukan arrêtait pas de parler. Celle qu’il avait rencontré à la salle de gym et dont il était devenu dingue, là.
    - Alors, c’est quoi le deal avec mon frère ?
    - Il a parlé de moi ?
    - Ben grave, il est fou amoureux.
    - Ah oui ?
    - Haha, il t’a pas dit ? C’est bien ma veine.
    - Ah non non mais fait pas la tête ! C’est réciproque…
    - Oh ?! Sa couleur te dérange pas ?
    - Ben non ! Ça devrait ?
    - La plupart de la ville pense qu’on est des bêtes de foire dangereuses.
    - Les gens sont stupides, hein.
    - …
    - …
    - Okay, dans mes bras, je t’aime.

    Chapitre 8

     

    - Enfin, c’est quand même dommage que tu l’aies appris de moi, voilà tout.
    - T’inquiète ! J’ferais comme si de rien n’était ! Ce sera plus marrant.
    - Cool, merci !

    Chapitre 8

     

    Booooon, hé ben pour le coup, la journée avait été productive. Enfin, à titre personnel du moins. Donc en rentrant, j’ai bossé un peu.

    Chapitre 8

     

    Maman est allée se foutre sur l’autre ordi et POUF ! ouais, à force, je commençais à le connaître celui-là. Elle avait donc vieilli. Ce couple de petits vieux !

    Chapitre 8

     

    Comme prévu, Axelle est passée à la maison. Et on peut dire que les choses ont bien avancé ! C’était choupinou. Bon par contre, il allait falloir que j’supplie mon frère de changer sa garde-robe, ça devenait plus possible pour un adulte, là.

    Chapitre 8

     

    Et puis quelques mois plus tard, on a eu une petite surprise…

    Chapitre 8


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :