• Chapitre 5 - les bleus

    Je dois vous avouer que les quelques années qui ont passé n’ont pas été des plus transcendantes. En tous cas, pleines de cris de bébés. Entre les contractions…

    Chapitre 5

     

    Les naissances…

    Chapitre 5

     

    Les grandes nouvelles…

    Chapitre 5

     

    Et rebelote…

    Chapitre 5

     

    C’était épuisant. Surtout que plus les années passaient, moins je voyais pointer la fille que j’attendais tant. Eytukan a bien grandi, mais avant même que j’aie pu lui annoncer que sa petite sœur n’avait pas la peau bleue, il m’a lui-même demandé pourquoi j’arrêtais pas de pondre des crevettes, et blanches par-dessus le marché.

    Chapitre 5

     

    Lonataya est donc née et s’est malgré tout très bien intégrée à la brochette de frères et sœurs qu’elle avait déjà. Et puis j’avais beau me plaindre, mes enfants étaient tout de même adorables en tous points. Entre leur façon de danser…

    Chapitre 5

     

    De se câliner…

    Chapitre 5

     

    Et de veiller sur les petits derniers… Ah oui, après Lona, Jérôme et moi avons eu un autre petit garçon bleu, Yerik.

    Chapitre 5

     

    On en était donc à… cinq. Cinq enfants, et je commençais à désespérer, je vous avoue. Tant et si bien que je passais mon temps à jouer sur l’ordinateur, chose que je trouvais sans intérêt quand on voyait ce que la nature avait à offrir.

    Chapitre 5

     

    La table finit par être envahie, nous avons dû en ajouter une seconde. Mais quand je les voyais tous les quatre discuter comme ça, je me disais que ça n’était pas plus mal. D’accord, on était loin de la tripotée de peaux bleues que j’avais voulue pour la mémoire de mon peuple, mais c’était quand même une belle vie que j’avais réussi à me reconstruire.

    Chapitre 5

     

    Et puis mon Yerik est sorti de son berceau !

    Chapitre 5

     

    Avant que je ne me remette à vomir, avoir des contractions et tout le barda. Okay les humains n’étaient pas tous comme nous le pensions, mais toutes ces choses-là je m’en serais volontiers passé, surtout après cinq premiers gosses. Oui, nous placions notre espoir dans un dernier bébé, parce que je me sentais pas de gérer encore plus de déceptions. Je ne vous cacherais pas que j’ai presque retenu mon souffle tout le long de la grossesse, et que les derniers instants à accoucher ont été les plus longs de ma vie… en dehors de mon évasion de Pandora, j’entends. Et finalement, après quelques années de biberonnages intenses, je l’avais, mon héritière. Une petite Kali’weya !

    Chapitre 5

     

    Les rassemblements à table sont devenus encore plus bruyants joyeux. Par contre, les devoirs prenaient des heures à se terminer.

    Chapitre 5

     

    J’étais entourée de toute part, sans vraiment de temps pour moi, mais là, j’étais heureuse.

    Chapitre 5

     

    Le plus drôle, c’était quand ils criaient « rassemblement de bleus ! ».

    Chapitre 5

     

    Enfin. Voilà les quelques années de ma vie où j’ai transformé mon corps en fourmilière. Ce ne fut pas tous les jours évident mais je ne regrette pas une seconde les décisions prises avec Jérôme. Et puis, comme pour marquer l’arrivée de l’héritière et l’assurance que j’avais d’avoir un peu de Na’vis sur Terre, j’ai consenti à confectionner une robe qui me rappelait tout simplement les miens, et la vie sur Pandora.

    Chapitre 5

     

    -------------------------

    Et la brochette en bonus ! De gauche à droite (par tête, pas devant/derrière) : Grace, Mo'at, Kali, Lona, Yerik et Eytukan ^^

    Chapitre 5


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :