• Chapitre 4 - les amnésiques

    Les semaines et les mois passaient et se ressemblaient… beaucoup. La seule différence peut-être avec le temps était que je me sentais de plus en plus ballonnée.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Le jardin prenait forme (on ne manquait certainement pas de soleil dans le désert…) et on en venait même à pouvoir changer du poisson frit avec quelques fruits cuisinés qui auraient dû me faire sourire. Mais rien à faire, à certains repas, j’avais du mal.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Vraiment du mal. Si je ne rendais pas tout après, c’était même un comble.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Mais il me suffisait généralement de jeter un œil chez les voisins pour que ça me redonne la banane. Ils étaient tellement adorables et tellement ancrés dans cette nouvelle vie qu’il était difficile d’avoir le cafard en voyant leur bonheur.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Et puis bon, j’suis pas encore totalement cruche. Cette histoire m’a fait un peu perdre la boule, mais pas à ce point. J’ai bien compris avec le temps que c’était pas une simple indigestion mélangée à une déprime folle. Sauf qu’un gosse, je voyais pas comment on allait s’en occuper dans un environnement pareil. Alors okay, je m’améliorais doucement mais sûrement en bricolage, mais on était loin d’avoir un toit sur la tête. J’ai pris un coup de flippe et j’ai filé l’annoncer à Lincoln. Ah oui, avec Lincoln, ça allait étonnement bien. En clair, j’aurais jamais cru trouver l’amour dans une situation pareille, et pourtant ça s’était fait… tout simplement. Et c’était peut-être la seule chose complètement positive dans mon cœur, ici.
    - Euh.. Lincoln ?
    - Oui mon cœur ?
    - … Ben, tu prends par peur, okay ?

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    - Pourquoi je devrais ?
    - Oui enfin, non, tu devrais pas, enfin… je sais pas, ça m’embrouille tout ça. En fait, j’suis enceinte…

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    - Mais c’est super ça !
    - … Tu trouves ?
    - Ben oui ! Je t’aime et un bébé c’est une chose merveilleuse.
    - Mais… ici, comme ça ?
    - Et pourquoi pas ?

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    - Tu crois ?
    - Oui. J’suis sûr que ça va le faire, et qu’on va bien s’en sortir.
    - … Je te fais confiance.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Et alors que Lincoln passait ses jours à me rassurer et booster mon moral (et que je me boostais moi-même sur la construction de bricoles ultra utiles), les Betas eux, avaient un ventre bien rebondi prêt à exploser. Mais ils en étaient tellement contents que ça donnait presque envie.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Jusqu’à ce qu’au petit matin, le premier bébé des campements vienne au monde. Un joli petit garçon baptisé Caleb.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Ils nous ont invités pour nous le présenter, et je me suis sentie pousser des ailes. Comme si j’avais toujours été faite pour m’occuper de crevettes toutes mignonnes.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Bon, ou pas hein.
    - Aïe aïe aïe, shhh Caleb, tout va bien, rendors-toi ! … Lincoln, de l’aide ? … Lincooooln doudouuu ?!

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Et puis un jour, je suis allée me détendre à la rivière. Assise devant l’eau qui s’écoulait doucement, je me suis redressée lorsque j’ai vu passer un bout de papier arriver tranquillement jusqu’à moi. Je l’ai récupérer à la volée et secoué pour enlever un maximum d’eau. Il était presque transparent mais toujours lisible, et deux photos étaient agrafées en haut.

    « Ce fut un jour sombre… le jour de l’invasion des lamas arc-en-ciel à paillettes. Le monde connaissait les lamas, évidemment, mais ceux-ci n’étaient pas comme nous le pensions. Petit à petit, ils ont tout transformé en rose sur la planète. Même si on n’était pas fan de la couleur, ce n’était pas tant le problème. Ce qui a plongé le monde dans une apocalypse sans nom était… leurs paillettes. Oui. Les arc-en-ciel sont jolis, le rose n’est pas trop dérangeant, mais les paillettes en bien trop grande quantité ont fini par rendre la planète toxique. A tel point que les quelques survivants ont dû fuir dans une navette qui resta en orbite autour de la Terre pendant une centaine d’années. Une petite société s’est reformée là-haut, mais »

    … mais ? mais quoi ?! la lettre était déchirée.

    Chapitre 4 - les amnésiques

     

    Chapitre 4 - les amnésiques


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :