• Chapitre 23 - les tambours

    Ce matin-là, Sera n’avait envie de rien. Déjà que d’ordinaire, elle n’était pas opée pour grand-chose excepté la cuisine ou chercher des hommes, c’était dire sa motivation. Mais quand on perdait sa mère, il était bien normal de ne pas se sentir pousser des ailes. Alors elle profita en silence du dernier plat préparé par Judie, quelques heures plus tôt.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Tandis que Cloud passait son chagrin d’une autre manière ; en se donnant encore plus corps et âme dans son travail. Ses farces malicieuses prirent une nouvelle tournure, plus vilaines, plus insultantes, et ça lui plaisait.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Ce qui lui valut de revenir avec une nouvelle promotion. L’indice étant compris, la chose aurait dû rendre Sera heureuse, mais elle ne pouvait encore se résoudre à sourire. Et Cloud… et bien Cloud était souvent à cran.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Et leurs humeurs ne pouvaient aller mieux en s’arrangeant ; au contraire, la nuit suivante fut témoin d’un nouveau drame, auquel ils assistèrent douloureusement.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Sera céda même sa place à dame faucheuse, auprès de qui elle n’essaya même pas de racheter quelques jours pour le pauvre monsieur J. D’ailleurs ce cher J n’était pas si malheureux de s’en aller. Il n’aimait plus sa vie, et allait retrouver sa Judie. Il aurait bien conseillé à son fils de ne pas pleurer, mais il était programmé ainsi. Après tout, n’était-ce pas un jeu ?

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Lorsque Seraelle se décida à sortir de la salle de bain, elle alla naturellement s’installer dans le lit de ses parents, et s’endormit bien lourdement.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Elle se força à aller cuisiner, parce qu’il fallait bien qu’elle mange, mais également qu’elle progresse. Même si le cœur et l’estomac n’y étaient pas, elle fit cuire son poisson. A quelques pourcentages d’humeur dévastatrice près, elle aurait pu se sentir désolée pour le poisson. Et puis elle haussa les épaules, en se disant que de toute façon, tout n’était que façade et que sa vie ne valait pas la peine de se poser tant de questions. Alors elle finit de cuire son poisson, et le mangea machinalement. Oui, il y avait fort à parier que demoiselle Sera nous faisait une dépression.

     

    Chapitre 23 - les tambours

     

    Ce qui fut confirmé lorsqu’au lieu de se remettre à la chasse à l’homme, elle décida de passer son temps devant l’urne de sa mère, à la pleurer à chaudes larmes.

    - Et comment tu comptes obtenir des promotions si tu ne répares pas un peu ton humeur ?

    Pour toute réponse au jeu, Sera renifla bruyamment, et se remit à pleurer.

     

     

    Chapitre 23 - les tambours

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :