• Chapitre 18 - les bleus

    Ça m’a tellement fait flipper c’t’histoire que j’suis ressortie illico de la chambre avant de buguer devant la porte fermée.

    Chapitre 18

     

    Quand le bruit a cessé, j’ai osé entrer de nouveau. Après tout, j’étais chez moi ! Sauf que… il aurait peut-être mieux valut que j’attende encore un peu.

    Chapitre 18

     

    Retour dans le couloir, en faisant du bruit avec la porte cette-fois, un peu tel un robot je vous l’avoue. Je ne savais pas ce qui me choquait le plus. De voir ma fille sécher les cours, ou de savoir qu’elle faisait des galipettes avec un garçon à seize ans. J’ai attendu qu’ils sortent, bien gentiment.
    - … DIS-DONC !
    - euh, donc ?

    Chapitre 18

     

    - … Est-ce que j’ai une tronche à rigoler ?
    - M’enfin mamounette, qu’est-ce qu’il t’arrive ?

    Chapitre 18

     

    - … C’qui m’arrive ? Tu t’foutrais pas un peu beaucoup d’moi ?

    Chapitre 18

     

    - Ben… je sais pas… t’as tes ragnagnas ?
    - Toi tu vas être punie, et tu l’auras pas volé !
    - Mais qu’est-ce que j’ai faiiiit !

    Chapitre 18

     

    - Tu devrais être en cours, voilà déjà c’que t’as fait ! Ou plutôt pas fait !
    - Tu me perds. Mais je vois l’idée, pardoooon rohlala, c’est qu’une journée !
    - J’ai pas confiance, faudra que je demande à tes sœurs.
    - Pfff…
    - Et ensuite… C’EST QUI ÇA ?!
    - Qui, ça ?
    - Le mec avec qui tu f’sais des trucs sous la couette ?!
    - Comment tu sais ça ?!
    - J’vous ai vu… la pire erreur de ma vie.
    - …
    - …
    - okay, ça c’est fait. Bref, c’est mon chéri, et je l’aime !
    - … MAIS T’AS SEIZE ANS !

    Chapitre 18

     

    Après ça, elle est descendue dans le salon en maugréant comme quoi j’étais pas un modèle parce que j’avais connu personne avant son père, à mes vingt ans… bon, elle n’avait pas totalement tort, mais c’était pas une raison. Ça m’a quand même fait réfléchir. Il était clair qu’elle allait entendre parler du fait de sécher les cours, ceci étant je n’avais pas à juger son fameux chéri sans même le connaître. Du coup, je me suis calmée et je les ai rejoints.
    - Bon alors, tu me présentes ?

    Chapitre 18

     

    - Ben voilà maman, c’est mon chéri. On est dans la même classe et ça fait quelques jours qu’on sort ensemble. Au début il m’aidait pour mes devoirs et puis… voilà quoi.
    - Je vais faire abstraction au « voilà quoi », et me concentrer sur le fait qu’il a l’air gentil et qu’il t’aide. Okay ?
    - Roooh, fais pas ta chochotte. Bref, on se connaissait en primaire déjà, alors flippe pas, ça sert à rien.
    - Je flippe si je veux.

    Chapitre 18

     

    - Et donc t’as un prénom, l’amoureux ?
    - Nael, madame !
    - C’est bizarre comme prénom…
    - En fait c’est Nathanael, mais on m’appelle Nael quoi.
    - Okay je vois. C'est sur que Nath, pour un mec... Ahem.
    Bon, l’ambiance, c’était pas encore ça.

    Chapitre 18

     

    En tous cas, pour bien se faire voir, il nous a fait à manger, le petit.

    Chapitre 18

     

    - Alors, il parait que la p’tite dernière a déjà un chéri ?
    - M’man, commence pas, j’ai déjà du mal à m’y faire…
    - Et les filles, elles étaient au courant ? Vhalia ?
    - Moi ? Mais point du tout ! Vous prendriez bien un peu de thé ?
    - Prends-nous pour des cruchonnes !

    Chapitre 18

     

    - J’vais aller lui remettre les idées en place moi, vous allez voir !
    - Mais mamaaan laisse enfin ! Si ça dérape trop, je vais gérer !
    - Tu parles ! Elle sèche les cours ta fille ! Et si elle passe son temps sous la couette avec son mec, tu m’étonnes qu’elle ait besoin d’aide pour ses devoirs !
    - … T’as pas tort. Mais bon, elle m’a dit que c’était juste l’autre jour, son séchage de cours, quand même.
    - Et tu la crois ?
    - Beeeen…
    - Maman, j’t’arrête tout de suite, Nel sèche très souvent.
    - Ah ben bravo… merci Banshee.
    - Mais je t’en prie.

    Chapitre 18

     

    Bref, je ne savais pas quoi faire avec cette histoire. En tous cas, elle avait décidé de se mettre au sport. Parce que je cuisinais trop ou parce qu’elle voulait encore plus plaire à son homme, je savais pas vraiment, mais au moins c’était « positif ».

    Chapitre 18

     

    Et on enchaînait avec Vhalia qui avait possiblement les mêmes raisons, bien que je ne connaisse pas d’homme dans sa vie. M’enfin, vu que mes filles avaient l’air de me cacher beaucoup de choses…

    Chapitre 18

     

    Sauf qu’elle s’est arrêtée en plein milieu pour son changement corporel quasi-invisible. Ouais, on avait zappé son anniversaire.

    Chapitre 18

     

    Mais bon, ça n’avait pas vraiment l’air de la traumatiser.

    Chapitre 18

     

    Elle en a profité pour directement aller postuler au bar de la ville. Tant qu’elle n’envoyait pas les bouteilles à la tête des gens, ça ne pouvait que bien se passer. Et après tout ça, on avait droit à Yerik, venant… je sais pas, faire la tronche ou pleurer, peut-être les deux en même temps, à la maison. En tous cas les urnes étaient à dix mètres de lui, il avait pas tout compris. Bref, au top la famille.

    Chapitre 18


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :