• - Lincoln Lincoln, j’ai un truc hallucinant à te raconter !
    - Oui ma choupette ?
    - Voilà, j’étais à la rivière et j’ai trouvé une lettre déchirée, et dessus y’avait écrit ce qui s’est passé à la Terre ! Tu sais, cette partie de notre tête qui nous dit qu’elle se souvient de rien ? BEN C’EST ÇA QU’ELLE RACONTE LA LETTRE !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Quoi ?! mais c’est génial !
    - Mais tu comprends pas ! Il manque un bout !!
    - Et alors ! Ça fait déjà un point noir de levé !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Ouais mais attends, c’est pas cool c’qui est arrivé !
    - Raconte ?
    - Ben y’avait des Lamas ! Mais genre, avec plein de paillettes ! Tellement qu’ils ont intoxiqué la planète !
    - … Sérieusement ?
    - Ouais attends, regarde la lettre !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Ah ouais… quand même. Bon. Il va falloir en toucher deux mots aux autres, et voir si on peut pas trouver le reste du papelard.
    - Ben ouais mais bon, j’ai l’impression que c’est de la pure chance qui m’a fait tomber dessus, ça va pas être possible de s’mettre à parcourir chaque mètre carré du désert, voir si on le trouve. Surtout avec des gosses.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - C’est pas le tout, mais n’empêche, j’suis la dernière arrivée et c’est moi qui trouve des infos, héhé.
    - Redescends de ton nuage…
    - Laisse mon choubidou, c’est la grossesse.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Pendant que le bidou gonflait, j’ai beaucoup travaillé sur l’établi pour pouvoir développer un max le campement avant l’arrivée de la crevette. Même si j’avais des moments de flottement. Une chaise ? Un guéridon ? j’savais même plus c’que je voulais faire.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Lincoln lui, passait son temps à taper du caillou, entre deux trois allers-retours à la pêche.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Et en pleine nuit, ladite grossesse a décidé qu’elle arrivait à terme. Il était vrai que je me trimballais un machin bien balèze, alors c’était pas trop tôt.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Pffffffff, Lincoln, ça vient ! Pffffffffffff
    Heureusement, j’avais eu le temps de demander à Anya de nous confectionner des couffins, puisqu’elle avait réussi à faire les siens.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - La vaaaache que ça fait mal !
    - T’as b’soin d’un truc ? De l’eau ? Des serviettes ? Dis-moi !
    - Hé oh c’est moi qui dois paniquer là, pas toi !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Mais où tu vaaaaaaaaas ?!

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Pendant qu’il pétait un câble, moi, j’ai eu une petite fille. La première fille des campements !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Lincoln est revenu avec des assiettes de fruits (allez, pourquoi pas…) et je lui ai présenté son bout de chou. Nous l’avons appelée Clarke.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Bon par contre on n’était pas encore au point, niveau parenting, tout ça. Ah bah oui, c’était mieux de manger et rire au-dessus de bébé qui essaie de dormir plutôt que sur la table.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Ah oui parce que j’ai oublié de vous dire qu’entre deux pouponnages…

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    J’avais enfin fait une table et des chaises !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Et comme j’étais bien partie dans ma lancée, j’ai continué à me donner à fond avec cet établi de malheur. Mais plus je progressais, plus j’avais l’impression de ralentir dans mon élan.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Comme je passais beaucoup de temps avec ce tas de bois, Lincoln s’occupait beaucoup de Clarke.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Il adorait sa fille, et ça faisait plaisir à voir ! Après tout, tout n’était pas si négatif dans cette nouvelle vie.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Nous avons fini par inviter les voisins ! Déjà parce que ça faisait un moment qu’on ne les avait pas vus (oui, ça vagabonde pas en permanence entre les tentes, surtout avec du bricolage à faire, la pêche, les gosses…), et parce qu’il fallait causer de cette lettre. Revoir Octavia me fit énormément plaisir, et je pus enfin rencontrer Sully, le joli jeune homme avec qui elle vivait – le frère de Savannah.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Pendant que Lincoln souhaitait la bienvenue à tout le monde, moi, j’appelais les filles autour du berceau de Clarke.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Et je leur ai présenté !
    - La vache, c’est rikiki !
    - Et ça doit brailler tout le temps, non ?

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - C’est un bébé, pas une machine. Bien sûr elle pleure quand elle a faim et qu’on a zappé de changer sa couche, mais ça en vaut la peine.
    - J’aimerais tellement en avoir un à moiiiii !
    - Ezra n’en veut pas ?
    - Je sais pas, on n’en a pas vraiment parlé. Je suppose qu’on a réussi à éviter les périodes propices…
    - Dites, j’ai pas envie de savoir ce que fait mon frère sous la tente moi.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    On a tenté de rassembler tout le monde mais c’était pas de la tarte. Entre les garçons qui devaient discuter de trucs de mecs, Savannah et Sully trop heureux de se voir, et moi qui rassurais Octavia sur la situation… le tableau était atypique et ne se prêtait pas aux grandes révélations. D’ailleurs, Anya devait être en train de checker Caleb. Que c’était pratique, c’est camps ultra voisins.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Quand elle est revenue, Lincoln en a profité pour leur faire un topo. (et puis entre Clarke et le bricolage, j’étais tellement HS que je l’ai laissé divertir les invités pour filer sous la tente). Je crois qu’ils ne l’ont pas trop mal pris. De toute façon, en plus d’un an qu’on était là à présent, ils avaient plus ou moins tous accepté la situation et faisaient avec. Alors oui, le coup de la lettre déchiré les a rendu curieux mais pas assez pour arrêter leur train train quotidien.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Les deux frères et les deux sœurs se sont un peu éclatés pour discuter. Comme les deux lascars étaient juste devant ma tente, j’ai distinctement pu entendre Sully annoncer à Ezra qu’il voulait faire un enfant avec sa sœur. Plus subtile, y’avait mieux, mais au moins c’était dit. Je sais pas vraiment si Ezra a réussi à comprendre ce qu’il lui disait, puisque je ne l’ai pas entendu répondre. Le temps de digérer l’info, sûrement.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Les jours se multipliaient, et les chaises aussi. Et puis un soir, il m’a pris de demander à Lincoln s’il ne voulait pas remettre le couvert… peut-être que toutes ces effusions de sentiments sur les campements m’avaient retourné le cerveau, mais j’étais certaine d’une chose : je n’avais jamais été aussi heureuse depuis mon premier réveil dans la tente Alpha.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Un matin, on a entendu PLOP. Clarke était devenue trop grande pour son berceau. On s’est précipité hors de la tente, tant et si bien que Lincoln a encore bugué tellement il roupillait debout. Oh hé ! Ta fille a grandi, et elle est magnifique ! Non mais je vous jure…

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    En bonne Alpha, elle s’est directement mise à chercher des trucs à droite à gauche du camp. Elle s’est essayée à la pèche mais elle s’est avérée être aussi sensible que moi avec les bestioles. Son père a donc pris la relève. Elle a voulu choper une grenouille avant de se rendre compte que ça aussi, c’était répugnant.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    Les filles sont venues me rendre visite, Savannah avec une surprise ! Et oui, un petit vendre tout gonflé. Encore plus que le mien !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Et alors, Octavia s’est décidée ?

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Hé dites, parlez pas comme si j’étais pas là.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Je te taquiiiiine.
    - Ouais nan mais attends, le mieux, c’est que j’ai voulu essayer ! Mais il était tellement crevé qu’il est pas allé jusqu’au bout !
    - Noooooon ?!

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Mais oui j’vous jure ! C’est lui qui s’occupe de construire tout ce qu’il faut, là-bas chez nous, du coup…
    - La vache, propose lui d’aller pêcher plutôt demain ! Ça le fatiguera moins, haha.

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Par contre fais gaffe ! Pas toute la journée à la rivière non plus, il va puer en rentrant, c’est toi qui va pas vouloir !
    - Oh, tu crois ?
    - Carrément ! Y’a rien de plus tue l’amour qu’un mec qui pue me poisson pas frais. Véridique !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Okay, je note. Lexa, t’en penses quoi, toi ?
    - Oh bah moi tout va bien, c’est moi qui bricole ici, Lincoln passe beaucoup de temps à la rivière mais il en profite toujours pour se débarbouiller avant de rentrer.
    - Un jour, on arrivera à bricoler des baignoires les filles !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Alors alors, tu te lances ma grande ?
    - Ouais, c’est parti !
    - Bonne chance !

    Chapitre 5 - les amnésiques

     

    - Dis papa, pourquoi elles ont toutes des gros ventres les dames des campements ?
    - Euuuh…

    Chapitre 5 - les amnésiques


    votre commentaire
  • Comme Clarke avait envie de gerber dès qu’elle approchait d’un poisson ou d’une grenouille, on l’a assignée à la casse de gros cailloux. Bon, on n’est pas des parents indignes, hein, elle apprécie la p’tite, y’a tellement pas d’animations dans le coin…

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Puis bon, son père continuait de se faire cramer, alors je disais pas non à de la main d’œuvre en plus, au cas où…

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    - Dis maman, papa il a jamais voulu me répondre… pourquoi t’as un gros ventre comme ça ? Et pourquoi les autres en ont aussi ?

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    - Ma chérie, c’est parce que tu vas bientôt être une grande sœur !
    - C’est vraiiii ?
    - Oui ! C’est un petit garçon ou une petite fille dans mon ventre !
    - Et ceux des autres dames ?
    - Ah non ce seront pas tes frères et sœurs, ceux-là…
    - C’est pas grave, je pourrais quand même jouer avec ?
    - Evidemment !

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    - Maman c’est pas drôle quand même, ton ventre qui grossit d’un coup… Tu vas pas exploser j’espère ?
    C’est que ça poussait dur, là-dedans…

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Chez qui ça poussait aussi, c’était en face. Savannah avait le bidou qui gonflait à fond, et ça allait toujours aussi bien avec son Ezra.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Et puis une nuit, j’ai entendu des cris. Ah, ils avaient leur bébé ? Oui, à travers la tente on entendait vachement de trucs.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Alors par curiosité, quand les bruits ont cessé, je suis allée jeter un œil. Ils avaient eu un joli petit garçon, du nom de Cypher.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Pour ma part, je cassais encore et toujours plus du bois, sans arriver à vraiment faire un truc qui tienne la route depuis cette maudite table. Alors entre ça et la grossesse, je passais le plus de mon temps dans la tente tellement j’étais HS. Un matin, je suis sortie et j’ai vu ma fille, concentrée à table… quand je l’ai vue avec un cahier et un crayon, je lui ai immédiatement demandé d’où elle tenait ça. Apparemment, à trop s’ennuyer, elle était allée vagabonder un peu plus en contrebas avant de trouver un vieux bâtiment qui contenait des cartons jamais ouverts, remplis de plein de co.nneries de ce style. Alors elle en avait ramené plein dans un sac qu’elle avait posé dans un coin du campement.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    En tous cas, elle avait l’air d’adorer gribouiller. Peut-être qu’on allait pouvoir leur apprendre deux trois trucs aux gosses, avec tout ça ?

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Et alors qu’elle était repartie en vadrouille, moi, je me suis mise à avoir des contractions. Alors ça, j’allais jamais m’y faire…

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Et voilà jolie Dana ! Par contre, j’ai pas compris pourquoi elle était bronzée… le fait de rester au soleil tout le temps, ça joue dans le ventre ?

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Du coin de l’œil, j’ai vu passer Octavia.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Et quand je suis arrivée vers elle, BOOM la surprise !
    - La vache, tu prends rien dans les hanches toi, t’es svelte à fond de dos !
    - Oui, faut croire que la grossesse me réussit bien !
    - Faut dire qu’avec ce qu’on mange aussi… pas de raison de prendre des bourrelets.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Elle s’en est allée faire la sieste et le petit Caleb nous a rejoints au moment où Clarke rentrait de son escapade. Comment elle fait pour rester propre, celle-là ?

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Du coup, ils en ont profité pour faire un peu connaissance. Ils étaient pas trop mignons, franchement ?

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Caleb est allé faire des gouzi-gouzi à Dana, puis nous a confessé qu’il adorerait avoir un petit frère ou une petite sœur.
    - Ben, on peut jouer ensemble si tu veux ! Enfin, si maman est d’accord.
    J’ai évidemment dit oui, pensez-vous.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Vous auriez refusé, vous ? Quelque chose me disait qu’ils allaient bien s’entendre, ces deux-là.

    Chapitre 6 - les amnésiques

     

    Et puis j’ai voulu me balader un peu ; quand je les ai vus…

    Chapitre 6 - les amnésiques


    votre commentaire
  • Je suis tellement restée sur les fesses en voyant de « nouvelles têtes » au bout de la route que j’ai pas réagi assez vite pour aller leur parler. Ils avaient l’air pressé et surtout soucieux d’être discrets… Non mais whaaaat ?! Et comme la chance n’arrivait jamais seule, je ne les ai plus revus ensuite… les semaines et les mois se sont écoulés, durant lesquels nous avons appris la grossesse d’Octavia, qui arriva finalement à terme.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Elle a donné naissance à un petit Kitaï ! On était donc jusqu’à présent le seul campement à avoir des petites filles.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Comme Octavia est allée se reposer un bon coup, et que Sully était à la pèche, j’en ai profité pour m’occuper un peu de leur fils avec des gouzi-gouzi en masse.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Quand je suis rentrée, Clarke m’a directement demandé si c’était une fille ou un garçon, qu’elle avait eu tata Octavia. Elle n’a pas vraiment aimé la réponse.. en tous cas elle a bugué un bon moment en me regardant, avant de s’éloigner en maugréant comme quoi c’était trop injuste.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Je ne savais pas vraiment si elle voulait un petit frère, ou si elle voulait une copine dans un autre campement pour jouer avec elle, mais elle allait au moins pouvoir faire les quatre cent coups avec sa sœur qui popait justement de son berceau.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Et la voilà, après avoir fouillé un peu dans le tas de fringues en vrac de la tente.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    D’ailleurs j’ai oublié de vous dire, mais en rentrant de chez Octavia, j’ai retrouvé mon Lincoln tout penaud parce qu’il avait apparemment pris en rides et qu’il se souvenait même pas lui-même de la date de son anniversaire. C’était donc arrivé sans prévenir. Alors quand il s’est mis à vouloir faire des cochonneries à nouveau, en mentionnant « petit frère ou petite sœur », j’ai été ultra réceptive. Déjà parce que, ahem, j’étais une femme avec des besoins, mais aussi pour lui montrer que la crise de la quarantaine ne l’avait pas rendu moins désirable.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    On a envoyé les filles faires des gouzi-gouzi aux bébés d’en face pour réquisitionner la tente en toute tranquillité. Et il était toujours performant mon doudou, rien à redire !

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    C’était pas le tout de faire des galipettes, quand même, du coup comme je pétais un peu la forme (sans grande obligation, c’était un peu au petit bonheur la chance, les horaires sur le camp), j’ai continué de bosser le bricolage en pleine nuit, parce que ça n’allait pas se faire tout seul.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Les filles s’entendaient bien. Clarke emmenait souvent sa sœur en vadrouille dans les parages en inventant toutes sortes d’histoires, sauf que Dana n’avait pas l’air d’apprécier cette façon de vivre. Pas qu’elle en avait connu une autre, mais elle n’était pas si aventurière que ça. Et dire que c’était Clarke la délicate.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Caleb passait régulièrement les voir pour s’amuser, et Lincoln leur jouait quelques morceaux histoire de mettre de l’ambiance, et ça marchait bien. Au moins, ça redonnait le sourire à Dana.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    De mon côté, j’étais ravie de vous annoncer que j’étais de nouveau enceinte !

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - C’est parce que t’es aussi grosse que tu manges comme ça ?
    Ouais, elle était mignonne ma Clarke, quand même.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Vous l’aurez deviné, Anya était « aussi grosse » parce qu’elle était enceinte également. D’ailleurs, on a eu droit à un nouveau p’tit mec sur le campement ! Korben, qu’ils l’ont appelé.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Et comme y’a pas eu grand changement sur les lieux jusqu’à mon accouchement…

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    … Nous avons eu des jumeaux ! Un garçon et une fille, Noah et Rose.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Qui d’ailleurs n’ont pas eu l’air de plaire à Clarke, puisque c’était le milieu de la nuit. Elle a gardé une distance de sécurité pour se présenter à eux.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Bon, comme c’était effectivement pas possible de se lever tous les quatre toutes les cinq minutes à cause de leurs pleurs, Lincoln et moi avons bossé jusqu’au petit matin pour foutre quatre planches de bois en place, histoire qu’on puisse dormir un peu plus tranquillement.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Bref, depuis le temps où je m’étais réveillée dans la tante Alpha, bien des choses avaient changé. Même si entre la frustration de l’amnésie, l’acceptation de la situation et les bébés qui ont suivi nous ont un peu tous ralenti sur l’aménagement de camps dignes de ce nom. Et puis un jour, je l’ai aperçu au loin. J’ai abandonné l’énième chaise que je construisais pour ne pas qu’il m’échappe. Il n’avait pas l’air heureux d’avoir été repéré, de toute évidence, mais ça n’avait pas la moindre importance pour moi.
    - Vous êtes qui, vous ?!
    - aïe… je m’appelle Grim.
    - Et la madame violette que j’ai vue avec vous y’a quelques années ? Elle est où ?
    - Elle ne sait pas que je suis ici. On n’était pas complètement d’accord sur le fait de venir vous voir ou non…
    - Comment ça ?

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - Eh bien… ça fait longtemps qu’on est sur Terre… on est arrivés en même temps que vous, plus précisément.
    - Elle était à vous la lettre ?
    - Quelle lettre ?
    - Celle avec les photos d’un parc tout rose, qui expliquait ce qui était arrivé ici, avec les paillettes et tout ça…
    - Vous avez trouvé la lettre ?! Ah, ben vous n’étiez pas supposés… elle a dû s’envoler de la base.
    - La base ?
    - Là où on vit, oui… bon c’est pas vraiment une base, simplement la navette avec laquelle on est arrivés. Mais comme on y vit depuis… on appelle ça notre base.
    - … Franchement, j’ai du mal à capter ce que vous racontez. Le truc, c’est que la lettre était déchirée, on n’a pas eu la fin.
    - C’était une vieille lettre, très fragile. Elle a dû s’abimer en étant emportée par le vent…
    - Vieille comment ?
    - Une centaine d’années…
    - Ah oui quand même.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    Il était tellement confus qu’il a préféré s’en aller avant d’avoir plus d’explications à donner. Et moi, je n’avais franchement rien compris. Il était bien question dans la lettre du fait d’avoir quitté la Terre, et avec sa mention d’une « navette », ç’avait l’air un minimum sensé, mais j’avais trop peu de pièces pour reconstruire tout le puzzle. Bouche-bée devant le fait qu’il parte, je n’ai eu qu’à rentrer au campement. Mais le soir-même, madame violette a fait un saut par chez-moi.
    - Bon c’est quoi c’t’histoire, là ? Vous vivez par là, vous vivez pas par là, vous voulez qu’on vous voie, vous voulez pas qu’on vous voie.. faudrait vous décider nan ?
    - Ben maintenant que Grim a fait la bourde…
    - Ouais donc si c’était pas le cas vous seriez encore dans votre coin ? Alors qu’on trime à côté ?
    - Y’a des chances…
    - Sympa.
    - Non mais si on en est arrivés à hésiter, c’est parce qu’on trime aussi.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - Et c’est quoi vot’ nom à vous ?
    - Cléophée.
    - Okay, moi c’est Lexa.
    - Oui je sais, on vous connait tous.
    - … Bon, va falloir m’expliquer plus clairement là, la fausse mauve.
    - Je sais, on est désolés hein…

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - V’nez poser vos fesses, qu’on discute un peu.
    - Woula, c’est quoi cette odeur ?
    - C’est l’odeur de la vie au grand air, ça. Ou alors le grill derrière qui n’a pas été correctement nettoyé.
    - Okay…

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - Et donc ? Vous allez nous raconter le bout de la lettre manquante, ou bien ?
    - Ah oui, Grim m’a dit ça… bon lettre ou pas lettre, maintenant qu’on est là de toute façon…
    - Tutafey. Allez on enchaîne.
    - Donc… la Terre étant devenue trop toxique et inhabitable, nous avons construit une Arche qui est actuellement toujours en orbite autour de la Terre. Bon, ça fait cent ans, donc une véritable société a eu le temps de se reconstruire là-haut. Le problème, c’est que quelques mois avant votre réveil ici, nous nous sommes aperçu que l’Arche se mourrait. En gros, trop de gens pour trop peu de ressources.
    - Ben tiens.
    - Là-haut, on est tous répartis dans des sections distinctes, même les familles peuvent être divisées pour le bien de la communauté. Que ce soit au niveau de la génétique, des compétences pour les différentes tâches à accomplir, des classes sociales… tout est très calculé. D’ailleurs, vos tatouages représentent votre section. Chacun de vous huit vient d’une section différente.
    Les bras en l’air, ayant envie de rétorquer quelque chose, je ne sus quoi dire. Soulagée d’enfin lever les points noirs de ma vie, bouche-bée devant lesdites révélations… je finis par me masser les tempes.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - Les dirigeants de l’Arche ont décidé de vous envoyer sur Terre pour savoir si elle était de nouveau habitable et si nous avions avec elle une chance de survivre. Vous avez été volontaires. Nous avons donc effacé vos mémoires pour que, si vous surviviez à l’atmosphère, vous puissiez rebâtir une communauté saine sur des bases toutes nouvelles. Pour ça aussi, vous étiez consentants. Vous avez donc été endormis, et Grim et moi avons été chargés de descendre avec vous, pour vous placer dans vos camps respectifs et observer votre avancée pour en faire rapport là-haut.
    - C’est vous qui nous avez placés ? Pourquoi ainsi ?
    - Par souci de compatibilité de personnalité.
    Je me frottai la tête.
    - Donc vous nous avez fourni tout ça ?
    - Les grills trainaient déjà dans les parages. Nous avons emmené de l’Arche les tentes, les vêtements, les lampes et de quoi vous divertir. Ah oui, et de quoi construire aussi.
    - Et vous, vous vivez dans la navette, c’est ça ?
    - Oui. Le problème c’est que nous avons perdu le contact avec l’Arche il y a quelques années, quand vous nous avez vus. A ce moment-là, nous avons commencé à hésiter sur le fait de venir vous voir ou non…
    - Haha, on est perdus sans directive et sans repère ?
    - C’est un peu ça… et depuis quelques jours, nous arrivons à cours de vivre… Nous avions emmené de quoi nous suffire pendant quelques années, et avons fait comme vous pour les fruits, les légumes et le poisson. Mais la navette perd de son utilité, et sans contact de là-haut… nous ne savons plus vraiment quoi faire. Ni si tout ça est utile.
    - … Mais fallait v’nir nous voir !

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - C’est sur ce sujet que nous avons mis du temps à nous accorder… j’étais persuadée que nous allions ravoir des nouvelles de l’Arche, alors que Grim voulait venir vous parler. Mais il a bien fallu que je me rende à l’évidence…
    - Hé bien vous voyez, on s’en est très bien sortis, par ici. Je sais pas comment vous vivez, mais ça a dû être bien triste pendant toutes ces années tous les deux, à nous observer.
    - Un peu, c’est vrai… où allez-vous ?
    - Me coucher.

    Chapitre 7 - les amnésiques

     

    - Mais euh… comme ça ?
    - Ecoute la fausse mauve. Bon déjà, on va s’tutoyer hein. J’ai la tête qui va exploser et je sais toujours pas si j’suis en train de rêver ou si ton monologue est réel… du coup, j’vais m’pieuter et on verra bien demain. Deal ?
    - Euh… Deal. Et je rentre toute seule en pleine nuit, comme ça ?
    - Tu veux qu’il t’arrive quoi ? Les poissons mutants qui sortent de la rivière pour nous bouffer, c’est pas encore arrivé, et y’a personne d’autre que nous ici. Allez, bonne nuit.
    - Bonne nuit…

    Chapitre 7 - les amnésiques


    votre commentaire
  • Alors que j’allais me coucher pour donner du repos à ma tête, la fausse mauve a voulu s’occuper du feu, sauf que…

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Yep, elle était pas très douée.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Ah bah oui, le feu ça brûle. Heureusement que les filles étaient couchées, elles auraient eu la trouille.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    J’me suis autorisée à ne pas penser à ce gros bordel toute la journée, et le lendemain soir j’ai appelé Octavia et Savannah, histoire de causer un peu. Anya était encore en vadrouille on ne savait où, ou était gluée au petit Korben, allez savoir. Je leur ai demandé de poser deux minutes leurs miches.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Alors je leur ai raconté ce que j’avais appris auprès de Grim et Cléophée, sans vraiment être certaine d’y croire moi-même.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Elles sont reparties toutes folles, clamant qu’elles allaient directement expliquer tout ça à leur chéri respectif. Lincoln a profité du calme pour manger un bout, alors que Clarke arrivait avec une tronche qui en disait long.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    - Dis papa, c’est bientôt mon anniversaire !
    - … Et ?
    - Ben je sais pas, on n’est pas censé les fêter, ces machins-là ?
    - Mmh, ça m’dit un truc. J’crois que y’a une histoire de gâteau dans le tas…
    - C’est quoi un gâteau ?
    - Du sucre en masse.
    - Ah.
    - Et puis faut souffler les bougies.
    - Et on peut pas en mettre sur les fruits ?
    - On n’en a pas, ça règle la question…
    - Okay…

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Bon, elle n’a pas vraiment eu plus de temps pour tergiverser qu’on entendait des pouf venant du cabanon. A peine le temps de se retourner que mon n’amûr faisait déjà la conversation avec Noah tandis que Clarke se prenait la tête avec Rose, sous l’œil bienveillant-amusé de Dana. Au top la famille.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Au petit matin, Clarke a carrément bugué sur la tronche de son père qui captait pas plus ce qui lui arrivait. Un coup des résidus de radiations, pour sûr !

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Et puis nous avons eu une visite imprévue… plutôt sympathique.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    - Mais… Caleb ?!
    - Tout juste !
    - Waaah t’es beauuu ! Hein maman ?
    - Mais oui ma chérie.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    - Hé hé, moi aussi j’vais bientôt grandir !
    - Chouette ! On pourra vadrouiller encore plus loin !
    - Oui enfin, j’compte sur vous pour pas mourir en chemin, quand même…
    - Evidemment tata Lexa !
    - Mais, et ton frère ? Il est sorti du berceau ?
    - Oui ! Un mini blond aussi, à l’étonnement général, qui m’pourrit un peu la vie.
    - Ah ben sur ce point, vous allez avoir des tas de trucs à vous raconter, avec Clarke…
    - Héhéhéhéhéhé.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Comme l’heure de la transformation n’avait pas encore sonné, on a pris tout ce beau monde sous le bras et on est parti en quête de la « base » des colorés du cuir chevelu. Ils avaient déblayé la zone, car d’après leurs dires ils avaient, avec le temps, englouti un peu le tout sous des pierres et des branchages. Après s’être cassé la figure environ treize fois, et avoir écopé de deux trois chevilles tordues par-ci par-là, on est arrivés à l’emplacement dont la fausse mauve m’avait parlé avant de partir avec son bras brûlé. D’ailleurs en parlant du loup, il semblait qu’elle s’entendait à merveille avec mon aînée.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Bon dieu que c’était le bazar, là-dedans ! J’aurais pu m’attendre à pire étant donné qu’ils avaient passé toutes ces années coincés là, tous les deux… mais purée même nos campements étaient mieux rangés.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Avec tout ce chemin, ça faisait carrément la queue pour aller aux toilettes. Si si j’vous jure.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Au moins, on en profitait pour avoir une update du camp de chacun.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Rose avait trouvé un jeu qui lui plaisait bien et elle jura mettre la pâté à Ezra.
    - Mamaaaan pourquoi on n’en a pas ?
    - J’vous en construirais un ! Ça doit pas être bien dur avec du bois.
    - Cooool !

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Et alors que je faisais mon petit tour du propriétaire, y’a un truc qui m’a frappé.
    - Pourquoi un aquarium ?
    - Pour garder les poissons au frais en attendant de les manger !
    - Et votre frigo ?
    - Ouais je sais, mais les voir tourner ça met un peu d’animation, ce qui est rare dans le coin…
    - Mais… y’en a pas de poissons.
    - Normal, on a tout mangé. Quand je disais que c’était la crise ici, je déco.nnais pas !
    Bon, au moins, le truc de l’aquarium, c’était une idée à garder sous l’coude.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Lincoln a demandé aux enfants si ça les emballait qu’on ramène les « nouveaux » par chez nous, pour qu’ils commencent à réellement vivre, quoi… pas ultra réceptifs, mais au moins le concept entrait dans leur tête. Ouais, maintenant rien ne les retenait vraiment d’habiter loin de nous, autant qu’ils s’établissent réellement en arrêtant de penser à l’Arche qui, de toute évidence, n’allait plus vraiment montrer de signes de vie.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    On a donc fini par rentrer, avec Grim et Cléo sous l’bras et les avons installés sur un terrain en face du nôtre. En ramenant des trucs utiles, style tente, sacs de fringues, trucs pour faire du sport et d’autres bricoles. D’ailleurs, ils nous avaient expliqué que la navette comportait un niveau plus bas, enfoui dans le sol où il y avait pas mal d’autres machines pour se tenir en forme et amusés, qu’on irait chercher au fur et à mesure. Et puis au cours de la nuit, Clarke est sortie en gueulant « mamaaaaaaaaaan mes ooooooooooooooooos ! ». Plus de peur que de mal, mais quand même.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Et voilà, après un relooking express avec les moyens du bord.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Au même moment, on entendait Savannah crier à l’autre bout de la route. Elle donnait naissance à des jumelles, Joss et Jiana !

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Et pour ne pas s’arrêter sur une si belle lancée, ça swinguait chez les Delta.

    Chapitre 8 - les amnésiques

     

    Comme on était un peu tous réveillés, on en a profité pour entamer la construction d’une maison avec le tas de pierres qui grandissait en masse, depuis le temps qu’on en cassait… le fait d’avoir vu la navette des colorés m’avait donné envie de me dépasser pour enfin avoir un toit sur la tête. Du coup, plusieurs jours plus tard, et après un looooong sommeil à rattraper… ça commençait à avoir de la gueule.

    Chapitre 8 - les amnésiques


    votre commentaire
  • Je me suis levée un matin avec des hanches plus rondes que d’habitude. J’crois bien que j’avais atteint la bonne quarantaine. Ça faisait un peu mal, quand même.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    Pour la peine, j’ai passé un moment à bichonner le jardin qui commençait à avoir une bonne gueule. Tellement qu’on m’voyait presque plus à travers. J’suis cachééééée !

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    Du coup quand Octavia est arrivée à la maison pour papoter, elle est directement allée voir si y’avait pas quelqu’un dans la maison. C’est que c’était trompeur, ces murs vides.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    Elle m’apprit qu’elle était enceinte et, qu’accessoirement , elle était super fatiguée. Plus que quand elle portait Kitaï, et qu’elle se demandait si elle en attendait pas plusieurs.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - J’aimerais bien avoir une fille…

    - J’suis sûre que tu en auras une ! Moi tu sais, j’aurais bien aimé qu’un de mes enfants ait mes yeux… Quatre, et ils ont tous ceux de Lincoln.

    - C’est pas d’chance…

    - C’est la vie ! Allez ma grande, tu l’auras ta fille !

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    On avait décidé de tous se donner à fond pour améliorer nos conditions de vie. Quant à moi, j’avais appliqué l’idée du bocal à poisson, que Lincoln ne tarda pas à remplir en revenant de la pèche.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    Ça changeait un peu des fruits grillés. Au moins, Rose appréciait et pouvait même avoir l’occasion de sortir la même tronche que son père.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - Mamaaan pourquoi on mange toujours la même chose ?

    - Demande à ton père, il a des poissons en magasin.

    - Mais les poissons c’est visqueux…

    - Hé bien tu n’auras qu’à faire la cuisine quand tu seras plus grand.

    - Okay.

    - En attendant, prends exemple sur Clarke, elle les mange bien, ses fruits.

    - En même temps Noah a raison, les poissons c’est dégueu.

    - J’ai dit visqueux.

    - C’est pareil…

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    J’vous avais déjà dit qu’avoir des enfants, c’était merveilleux ou… ? En parlant d’enfant, Kitaï nous a cassés les oreilles en pleine nuit.

    - Mais maman, pourquoi tu cries comme çaaa ?!

    La raison était toute simple : elle venait de donner naissance à un petit Ephram. Malheureusement, elle n’avait pas eu sa fille.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - T’as entendu ça ? Toujours pas de fille ! On est les seules avec les jumelles Gammas !

    - Et alors ? C’est nul les filles ! Ça veut jouer à la poupée et ça grimace quand y’a une grenouille qui lui monte dessus !

    - Hey, j’aime pas les bestioles j’te rappelle.

    - Ben oui, t’es une vraie fille, toi. T’es un peu comme maman.

    - Elle est cool maman, qu’est-ce que tu te plains.

    - Elle est cool, mais c’est une chochotte comme toi.

    - …

    - …

    - Ben n’empêche que y’a pas d’autres filles de mon âge, et que c’est naze.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    Je savais pas vraiment si une potentielle nouvelle petite sœur allait faire plaisir à Clarke, mais on avait décidé de prendre un nouveau risque… c’était la vie à la dure, ou ça l’était pas.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    En parlant de vie à la dure, je suis allée voir un peu où en étant les colorés au niveau de leur campement. Avec notre aide certains jours à tour de rôle, ils étaient arrivés à avoir une maison comme la nôtre, même si elle était évidemment vide également.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - Hé dis t’es gentille mais ce serait sympa de pas dégueulasser l’endroit alors qu’on vient de finir de faire tenir tout ça debout.

    - Ouais ben écoute.. j’fais pas exprès… woula.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - T’as pensé que t’étais peut-être enceinte ?

    - M’enfin Grim, t’as fini de dire des co.nneries ?

    - Non mais il a pas tort Cléo, c’est possible… t’as pas vraiment le choix dans le coin, de toute façon.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - Bon et vous alors ?

    - Beeeen… même si on a passé toutes ces années ensemble dans la navette, on a surtout pensé à notre mission.

    - Attendez hé oh là hein, vous causez de c’que j’crois que vous causez ou… ?

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - Non parce que si c’est le cas, ça me concerne un chouïa quand même, faites pas comme si j’étais pas là…

    - Déstresse, elle pose une question, je réponds. Et puis c’est vrai, non ? On n’a pas du tout pensé à ça.

    - Oui mais bon…

    J’ai vite détalé finalement, parce que j’étais clairement pas en position de rester pour écouter cette conversation-là. Non pas que ça m’embêtait, mais il était important qu’ils aient leur intimité, autant qu’on le puisse dans ce mode de vie.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    D’ailleurs question intimité, je crois que je tenais une avancée révolutionnaire dans les mains. Parce que la rivière c’était fun un moment, mais avec tous les petits camping-ais qui se multipliaient, on n’allait bientôt plus trouver de coin tranquille pour faire sa tambouille quoi. Et comme depuis « l’arrivée » des colorés dans nos vies, je mettais les bouchées doubles…

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - LINCOOOOOOOOLN !

    - Quoi quoi quoi ?! Pas si fort, tu vas non seulement réveiller les enfants, mais tous les camps aussi…

    - Pour ce que j’ai à t’annoncer, je crois que je peux me le permettre.

    - Qu’est-ce qu’il t’arrive ?

    - Regarde derrière moi au lieu d’te frotter les yeux.

    Chapitre 9 - les amnésiques

     

    - .. NOOOOOOOOOOON ??

    - AH TU VOIS, ÇA T’FAIT CRIER AUSSI !

    - Y’A D’QUOI ! T’as réussi à faire une baignoire ??

    - Hé oui ! fini le lavage à la rivière, on va pouvoir construire des murs en plus et se décrasser pépère dans la maison.

    - Tu sais que je t’aime, toi ?

    - Je sais. Mais calme-toi, j’suis déjà enceinte. Je pense.

    - QUOUAH ?!

    - Ah, j’te l’avais pas dit ? héhéhéhé…

     

    Chapitre 9 - les amnésiques

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique