• Lorsqu’un indice était donné par le Janimju, le précédent, bien qu’ayant toujours des conséquences, se calmait un peu. C’est donc avec un sourire non caché que Cloud croisa un copain d’école devant la maison, un soir à la nuit tombée.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Il en profita pour passer quelques minutes avec lui, en prévision d’une mauvaise humeur le lendemain à l’école, au milieu du reste de leurs camarades. Même si l’on savait déjà que Cloud avait la positive attitude, il était quand même agréable de le voir s’amuser avec quelqu’un d’autre de son âge. Puisqu’il fallait bien l’avouer, sa sœur n’était jusqu’à présent pas totalement en mesure de répondre à ses attentes.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Pendant les quelques temps qu’ils avaient en commun, Judie et monsieur J étaient souvent fourrés devant l’échiquier. J était de plus en plus doué, mais avait toujours besoin du soutien de madame et de ses explications pour s’améliorer. Il fallait dire qu’en dehors des machines sportives, monsieur J ne maîtrisait pas grand-chose. Si ce n’était l’art de la séduction sans engagement.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Le jour suivant fut témoin d’une révolution dans le foyer Templeton. Et pour cause : Seraelle avait passé une bonne journée. Certainement grâce aux autres enfants qui étaient moins agaçants. Il en restait évidemment, mais c’était Cloud qui « protégeait » sa sœur, bien trop renfermée pour s’imposer. Si monsieur était rentré mal en point, on aura pu attester d’un sourire sur le visage de sa sœur.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Mais comme l’air renfrogné de Cloud était toujours de courte durée, il ne fallut qu’un repas dans l’espace public pour le frère et la sœur afin qu’il retrouve sa si jolie bonne humeur.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    En tous cas il fallait le dire, ce n’était pas eux qui souffraient du dernier indice, puisque leurs parents prenaient toujours sur eux afin que les insectes n’aillent pas voir au mauvais endroit. Le problème, c’est que les insectes du Janimju, en plus d’être nombreux et très désagréables, avaient aussi cette manie d’encrasser tout ce qu’ils pouvaient.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Alors, puisque c’était son tour, Judie lança les dés.

     

    Chapitre 15 - les tambours

     

    Judie était perplexe. De l’aide ? Envers qui ? De qui ? Si généralement les indices du Janimju s’appliquaient à tout le foyer, elle ne savait que penser de celui-ci. Alors elle se contenta de hausser les épaules en attendant de connaître ses conséquences. Elle avait encore des toilettes à récurer.

    Loin de toutes ces considérations, Cloud et Seraelle partirent pour une nouvelle journée à l’école. Et croyez-le ou non, mais l’un comme l’autre étaient d’attaque !

     

     

    Chapitre 15 - les tambours

     


    votre commentaire
  • Judie passait les heures en se questionnant sur la signification du dernier indice.

    - « Toute aide ne sera plus bonne à prendre »… J’ai déjà demandé de l’aide, moi ?

    - A part à moi, il ne me semble pas.

    - Oui mais à toi c’est normal pour m’empêcher de faire une stupidité qui me ferait reprendre cinquante kilos, tu vois, ça compte pas.

    - Donc tu as ta réponse.

    - C’est pas faux…  « Peut-être allez-vous vous surprendre. » Pourquoi écrirais-tu ça ?

    - Parce que tu crois que je vais t’aider pour comprendre mes propres indices ?

    - Roh, ça coûtait rien d’essayer.

    - Attention quand même…

    Judie n’était pas plus avancée. Alors elle décida de se changer les idées en allant faire une séance d’échecs avec monsieur J, avant de partir au travail. Ce qu’elle ne sut pas, c’est que son aide n’eut pour effet qu’embrouiller son pauvre ami qui semblait avoir régressé.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    Et c’était sans compter sur le retour des enfants de l’école, qui semblaient tout aussi perdus que leur père, bien que l’exprimant par l’agacement. Lorsque Judie rentra et appris la nouvelle, elle commença à comprendre. Peut-être devait-elle commencer à laisser voler le reste de son foyer par ses propres ailes ?

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    A partir du moment où les choses devinrent légèrement plus claires, chacun put se reprendre en main. Aussi, monsieur J revint avec une nouvelle promotion ! Qu’il avait obtenue non sans s’énerver lui-même pour s’améliorer.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    Les enfants, quant à eux, apprenaient à compter l’un sur l’autre (voire sur eux-mêmes) pour leurs devoirs, même si l’aide de Judie n’avait pas été aussi présente de ce côté que de celui de leur père. Il fallait dire aussi que Cloud approchait de son entrée au lycée, et qu’il se souciait moins des conséquences des indices. Il avait donc certaines aises.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    Petit à petit, on devait bien reconnaître que cette famille étrange devenait de plus en plus… familiale. Même si les gestes d’amour des parents envers leurs enfants avaient toujours été présents, en prenant de l’âge on s’attachait davantage et on osait montrer cet amour. Ce qui était toujours une chose incroyable venant de monsieur J, quand on connaissait son caractère.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    - Bon, j’ai bien réfléchi, et j’ai constaté les résultats.

    - De ?

    - Ton indice.

    - Et ?

    - Ben, si je continuais d’aider… ou plutôt de materner J et les enfants un peu trop, l’effet inverse se produisait. J’ai bon ?

    - Possible.

    - Du coup, en arrêtant de porter assistance, ils ont découvert qu’en travaillant d’eux-mêmes, ils réussissaient tout aussi bien. J’ai bon ?

    - Possible.

    - Je le savais !

    - Maintenant, peut-être pourras-tu t’aider toi-même…

    Judie fit une moue perplexe, mais se contenta d’hausser les épaules. Aussi, elle se rendit compte qu’elle avait gagné en confiance en elle, et que ça lui servait au quotidien.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    - Maman ! Cloud il fait des étoiles !

    - Ah bon ? J ! Viens vite voir ton fils grandir !

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    Et ce qui devait arriver, arriva. Cloud devint un adolescent, sous le regard de sa sœur qui se demandait quand son propre anniversaire aller arriver. Ce qu’elle ne réalisait pas, c’était que plus personne ne serait là pour la défendre à l’école.

     

    Chapitre 16 - les tambours

     

    Monsieur Cloud avait donc un pied dans la vie des grandes personnes. Même s’il fallait préserver autant que possible sa jeunesse, il savait bien les soucis financiers que la famille rencontrait, et savait les responsabilités qu’il allait devoir prendre. La première étape fut de revêtir les vêtements de jour que le jeu avait généré pour lui. Adoptant finalement le sourire qui lui allait si bien, il se dit que même si tout n’était pas bien accordé (et même plutôt déséquilibré), il y avait pire. N’était-ce pas une bonne philosophie ?

     

     

    Chapitre 16 - les tambours

     


    votre commentaire
  • La petite Seraelle, en bonne Templeton qu’elle était, fut finalement initiée (par elle-même) aux joies de la pêche. Il fallait savoir qu’elle profitait d’un moment où tout le monde dormait pour apporter sa première pierre à l’édifice : nourrir la famille, et ce en remplissant les aquariums devenus vides. C’était une activité comme une autre, et elle pouvait se sentir heureuse d’aider comme elle le pouvait.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Même si ses pioches n’étaient pas toujours bonnes, elle s’amusait à découvrir ce que sa canne avait emprisonné avec un sourire certain qui ne pouvait que faire plaisir.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Peut-être une promesse d’un trésor caché ? Seraelle avait des étoiles dans les yeux, et tout autant de malice. Si le coffre s’avéra ne contenir qu’une pomme, c’était sans compter sur la pétillante demoiselle qui prit soin de l’offrir aux dames d’à côté qui souhaitaient faire des fruits grillés au barbecue.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Vint finalement le moment où elle pêcha son premier poisson. Pas peu fière, qu’elle pouvait être ! Et qui avait pu croire qu’elle allait sourire ainsi un jour ? Si son frère était passé un peu plus du côté des adultes, ç’avait eu pour effet d’arranger un peu l’état d’esprit de Seraelle, contre toute attente.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Lorsqu’elle rentra chez elle, elle trouva son père se penchant sur le plateau du jeu, les dés à la main. C’est qu’il prenait les devants, maintenant ! Même s’il n’avait jamais réellement eu peur des conséquences et considérait la chose comme un défi personnel, il était plaisant de voir monsieur J impliqué de la sorte.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Rapidement, les habitants de la maisonnée se dévisagèrent avec une moue déçue et quelque peu dégoûtée. Après les insectes, c’était la nourriture qui se rebellait ? Il n’y eut pas besoin de longtemps pour vérifier cette théorie : à peine Judie avait-elle terminé de préparer le poisson grillé, qu’il se mit à empester et offrir à la pièce une épaisse fumée verdâtre qui promettait une qualité d’assiette douteuse. Mais personne ne s’accorda sur la faute de la matriarche ou de la fraîcheur de l’aliment de base.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Le plus touché par cet indice fut Cloud, qui fit ami-ami avec les toilettes d’une toute nouvelle façon pour lui.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Evidemment, dans l’état qu’il se trimbalait, il était dur d’exceller au lycée. Tandis que sa sœur s’améliorait de jour en jour… la roue tourne, dit-on ?

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Chose immédiatement vérifiée avec la nouvelle promotion de Judie, qui la propulsait dans la branche e-sportive de son travail.

    - Et ça ne te fait pas plaisir ?

    - Ben si, pourquoi ?

    - Tu ne souris pas.

    - Si toi aussi tu faisais à manger pour toute une famille et que le manger en question était pourri jusqu’à la moelle quoi que tu fasses, tu ne sourirais pas.

    - Faut dire que je n’ai pas à faire à manger.

    - Voilà.

     

    Chapitre 17 - les tambours

     

    Mais en battante qu’elle était devenue, dame Judie ne se laissa pas déprimer comme elle le faisait souvent dans son autre vie. Si elle en avait ras-le-bol des indices tous plus biscornus les uns que les autres, ça faisait un moment qu’elle tentait de positiver, quelles que soient les situations. Et il fallait bien reconnaître que les problèmes du quotidien pouvaient souder les membres d’une famille. Même si ses membres avaient des hauts et des bas, comme tout être en ce bas monde comme dans celui des humains, les batailles ne pouvaient qu’endurcir. Et qui ne fut pas surpris de voir sa bonne amie réclamer un baiser passionné ? Tout juste.

     

     

    Chapitre 17 - les tambours

     


    2 commentaires
  • Judie savait qu’il ne fallait jamais rien relâcher. C’est pourquoi, petit à petit, elle avait réussi à mater ce tapis de course récalcitrant. Fini les chutes et les déséquilibres ! Chaque petite victoire comptait.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Celui pour qui tout était plus difficile depuis le dernier indice était Cloud, qui rentrait bien souvent éreinté par une dure journée au lycée. Il fallait reconnaître que travailler et gérer ses problèmes intestinaux en même temps n’était pas la chose la plus aisée et apaisante qui soit. Alors penser au boulot d’étudiant qui suivant chaque jour n’était en rien bénéfique. Mais Cloud connaissait ses responsabilités.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Ce qu’il fit directement lorsqu’il se remit sur pieds, fut non pas d’aller se coucher mais de lancer les dés, afin de minimiser au maximum les effets de l’indice malencontreux.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Fatigué, seul et très peu éclairé par ce que celui-ci pouvait bien sous-entendre, Cloud haussa les épaules et s’en monta dans sa chambre, où il s’accorda une bonne nuit de sommeil. Peu après, Judie rentra à son tour, nouvelle promotion à l’appui, mais non moins éreintée par ces dernières journées passées.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

     Tandis que de son côté, quelques petites heures plus tard, monsieur J se levait, décalé par un emploi du temps un peu différent. Courbatures ? Certainement. Les lits dont disposaient les Templeton n’étaient pas les meilleurs qui soient. Mais jusque-là, ils avaient toujours su s’en accommoder. Peut-être la vieillesse qui semblait rappeler son avancement…

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Déçu par son propre corps et surtout apeuré par l’âge qui le rattrapait, monsieur J passa sa journée de repos au second sous-sol, où la famille avait installé un sac de frappe acheté le dimanche précédent.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Pourtant, rien n’y fit et ses efforts ne furent pas d’une grande aide. Le temps le rattrapa comme il l’avait promis. C’est agacé et grisonnant qu’il s’en alla à la pêche, oublier ses soucis.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Si Cloud avait oublié d’informer sa famille de l’indice qu’il avait tiré, il fut rapidement incité à parler lorsqu’il comprit que son père avait vieilli. Avec un coup de pouce nommé Janimju ? Très certainement…  mais si pour lui, la signification de « vieillir » n’était pas bénéfique, pour une autre  la chose était loin d’être négative.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Jolie Seraelle avait rejoint l’âge d’or de son frère, n’en déplaise à sa mère qui était assurée de voir ses traits être gardés. 

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    Soulagée que le jeu lui ai généré des vêtements plutôt sympathiques, la première chose qu’elle entreprit de faire fut arpenter le voisinage à la recherche de jeunes gens de son âge, et plus particulièrement des garçons. Elle en trouva un qui se révéla agréable et discuta avec lui, juste le temps de se faire apprécier et de rigoler un peu.

     

    Chapitre 18 - les tambours

     

    - Alors, contente de ta fille ?

    - Pourquoi je ne le serais pas ?

    - Tu ne sais donc pas ce qu’elle a passé l’après-midi à faire ?

    - Je l’ai aperçue qui discutait, et alors ?

    - Ça ne t’inquiète pas qu’elle cherche les garçons d’abord et se mette à ses devoirs ensuite ?

    - Bah, il faut bien que jeunesse se fasse, non ? Elle a le droit d’avoir des copains, rien ne dit qu’elle va déraper dès son anniversaire… et puis son père sera là pour cogner le fautif si besoin est.

    - Oui oui…

     

    Confiante, mais pas totalement rassurée, Judie regarda sa fille avec tendresse et malice. Même si les bonnes manières semblaient échapper à Sera, elle se dit qu’elle lui rappelait fortement quelqu’un.

     

    Chapitre 18 - les tambours


    2 commentaires
  • A force de cuisiner du poisson, Judie sentait qu’elle en connaissait toutes les coutures. Elle le savait au fond d’elle-même ; ç’avait l’air bête, mais c’était un accomplissement.

    - Et tu veux qu’on t’appelle la reine du poisson, aussi ?

    - Oh ben pourquoi pas !

    - …

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    - Ma fille, il va falloir qu’on cause !

    - Moui ?

    - Tu sais que l’école, le travail, tout ça, c’est important…

    - … Ouais, et ?

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    - Eeet je sais que tu cherches en ce moment à te faire des amis. Des amis, de toutes sortes disons.

    - Ça pose problème ?

    - Nooon pas vraiment, mais ce serait chouette que tu te concentres sur les devoirs et tout ça, ici. Les amis, tu peux t’en faire au lycée.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    - Rooh non mais ça va maman, j’suis quand même impliquée dans la maison.

    - Ah bah tiens, justement, prouve-le !

    - C’t’à dire ?

    - Ben lance les dés ! C’est ton tour.

    - Pfeuh, trop facile.

    Mais Judie n’était pas si dupe. Qu’on lance les dés avec entrain était une chose. Qu’il en ressorte un  indice positif en était une autre.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    Alors Seraelle fit son devoir, sans vraiment prendre la peine de lire le message entièrement ni le comprendre.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    D’ailleurs, elle était de corvée de ménage. Plus vite ce serait fait, plus vite elle en serait débarrassée. Au moins, elle avait appris cela correctement.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    Alors sans se soucier des conséquences, Sera voulu profiter de son week-end pour se faire jolie, se remplir l’estomac et surtout, le faire à l’ancienne. Bon, il s’agissait plutôt de sa mère qui l’avait envoyée commencer son apprentissage de la cuisine, mais elle ne rechigna pas à le faire.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    Le problème, c’est que lorsqu’elle sortit pour trouver tous les jeunes du quartier, elle tomba sur un pépin. Ou plutôt, sur des vieux, ou des filles. Evidemment, c’était un autre type de personnes qu’elle cherchait.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    La chose l’agaçait tellement que ça affecta Judie qui se mit en tête d’interroger les passants en pyjama, histoire de savoir où était passée la tranche d’âge de sa fille, afin qu’elle se fasse au moins un ami et qu’elle lui fiche la paix.

    - C’est quoi le délire, y’a la fête de la châtaigne au village ou bien ?

    - … De quoi ?

    Pas fortement efficace, autant l’avouer. Et puis elle préférait ça plutôt que voir trente-six hommes aux pieds de Sera.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    La cerise sur le gâteau pour la jeune femme, fut d’enfin tomber sur un lycéen, mais se voir interrompue par son frère qui lui demanda s’il devait chasser l’importun.

     

    Chapitre 19 - les tambours

     

    - Alors, il disait quoi l’indice ?

    - Hein ?

    Perplexe, Sera tourna sur elle-même en levant un sourcil, cherchant d’où venait la voix.

    - Non, rien.

     

    Imitant la carpe, elle ne vit personne auprès d’elle bouger les lèvres. Alors elle secoua la tête, et rentra faire ses devoirs.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique